Médias

 

l'huma 6 septembre 2013

l’Humanité des débats. Entretien avec Muriel Salmona présidente de l’association Mémoire Traumatique et Victimologie par Anna Musso en double page le 6 septembre 3013

Muriel Salmona : «La réalité des violences sexuelles est l’objet d’un déni massif»

http://www.humanite.fr/tribunes/muriel-salmona-la-realite-des-violences-sexuelles-548298

article de l'huma 6:9:13TRIBUNES L’Humanité–  le 6 Septembre 2013

Au moment où la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, s’apprête à présenter un projet de loi-cadre pour l’égalité entre les femmes et les hommes au Parlement, Muriel Salmona, psychiatre-psychothérapeute, publie dans son dernier livre, des chiffres alarmants sur les violences faites aux femmes en France, et dénonce l’absence de prise en charge globale, médicale, sociale et judiciaire des victimes.

Dès l’introduction de votre Livre noir des violences sexuelles (1), vous précisez que les violences sexuelles sont en augmentation, et que les victimes sont à 80 % des femmes. Cette situation paraît aberrante dans notre pays, au XXIe siècle…

Muriel Salmona. Malheureusement, les chiffres sont catastrophiques. Toutes les enquêtes le montrent, les victimes sont issues de tous les milieux sociaux et de toutes les catégories professionnelles, et les violences sexuelles sont commises essentiellement par des hommes, par des proches ou quelqu’un de connu par la victime dans 80 % des cas. Malgré le Mouvement de libération des femmes (MLF) et les progrès en matière d’égalité ces quarante dernières années, nous sommes encore loin du compte concernant les violences, les discriminations et les inégalités subies par les femmes en France. Concernant les violences conjugales, 10 % des femmes en ont subi dans l’année écoulée ; pour les viols, les chiffres sont aussi effrayants : 75 000 femmes sont violées par an, et plus de 150 000 si l’on rajoute les mineures ! Une femme meurt tous les deux jours et demi sous les coups de son conjoint en France. Ces chiffres ne se sont pas améliorés, ils ont même augmenté. Nous vivons une réalité absolument impensable dans une société comme la nôtre.

Vous voulez dire que notre société se rend complice de ces violences, en n’écoutant pas assez les victimes et en ne les protégeant pas ?

Muriel Salmona. La réalité des violences sexuelles est l’objet d’un déni massif. Notre société se préoccupe peu des violences subies par les femmes et ne fait rien ou presque pour les dénoncer, poursuivre les agresseurs, ni aider les victimes ! De ce fait, il existe une loi du silence incroyable puisque moins de 8 % des femmes violées osent porter plainte : seuls 2 % des viols conjugaux et des violences sexuelles intrafamiliales font l’objet de plaintes. Et au final, ces plaintes aboutissent à seulement 1,5 à 2 % de condamnations en justice, et la plupart des viols sont transformés en agressions sexuelles ! La gravité de ce crime n’est pas réellement prise en compte dans notre société et l’impunité règne. De plus, les droits essentiels des victimes à la sécurité et aux soins ne sont pas respectés. Les femmes en danger bénéficient rarement d’une protection efficace. (…) (pour lire la suite sur le site de l’Humanite.fr cliquez ICI)

http://www.humanite.fr/tribunes/muriel-salmona-la-realite-des-violences-sexuelles-548298

 

logo RFI

EMISSION Livre France sur RFI (89 FM) le 5 mai

2013 sur Le livre noir des violences sexuelles avec à écouter une interview de Muriel Salmona par Alain Renon 9:49 mn et à lire une chronique d’Alain Renon sur le livre noir des violences sexuelles. À lire et écouter ICIre n

http://www.rfi.fr/emission/20130505-le-livre-noir-violences-sexuelles-muriel-salmona-editions-dunod-2013

Chronique d’Alain Renon : « Viols, incestes, agressions… La législation française est aujourd’hui très précise et le code pénal particulièrement répressif. Pourtant, plus de neuf victimes de viol ou de tentative de viol sur dix n’osent pas dénoncer les violences qu’elles ont subies. Par peur de l’agresseur, un proche dans 80 % des cas ; par manque d’accueil médical et social, tant les lésions et les symptômes de ces atteintes profondes à l’intégrité physique et psychique restent méconnues et minimisées. À tel point que moins d’un viol sur trente fait l’objet d’un procès et un sur cent, à peine, d’une condamnation, le plus souvent en correctionnelle, après requalification des faits en ‘simple’ délit d’agression.

Cette minimisation et banalisation du crime de viol, la plus grave des violences sexuelles – reconnue, depuis 2008, comme une arme de guerre par l’ONU – n’est évidemment pas une particularité judiciaire. C’est l’une des traductions du déni général, social et politique, des violences sexuelles, déplore la psychiatre et psychotraumatologue Muriel Salmona (*). La loi a beau être de plus en plus pointue (définition pénale du crime de viol en décembre 1980 ; jurisprudence du viol conjugal au début des années 90…), le viol reste, en France, comme dans de nombreux pays occidentaux, le « crime presque parfait ».

D’où ce Livre noir, qui, implacablement, renvoie la société française, ses responsables politiques et institutionnels, à leurs dénis. À commencer par le plus terrible : celui des blessures infligées aux victimes de violences sexuelles. Chercheuse et clinicienne, Muriel Salmona expose ainsi avec limpidité et précision les conséquences d’un viol, équivalent, en degré d’atteinte à la personne, à une torture : même sidération et même nécessité de disjonction cérébrale, face à la peur de mourir, puis même mémoire traumatique, qui faute de soin, fait revivre le calvaire à l’identique, à l’occasion d’un mot, d’un geste, d’une odeur, d’une couleur… liée à l’agression. (…) Pour lire la suite cliquez ICI

l'ombre dans l'ombreENTRETIEN du 04 mai 2013 avec Muriel Salmona sur son livre : Le livre noir des violences sexuelles par Nad de L’ombre dans l’Ombre à écouter sur le blog ICI http://www.lombredanslombre.blogspot.fr

Long entretien entrecoupé de pauses musicales en trois parties :

1 le parcours, les expériences fondatrices
2 les violences
3 la mémoire traumatique, la dissociation et ses états discordants, les écoles, l’association Mémoire Traumatique et Victimologie.

axelle 1

ARTICLE DANS AXELLE DE MAI Pour lire l’article « Muriel Salmona : Les violences ne sont pas une fatalité » paru dans Axelle du mois de mai n° 139 (magazine féministe belge) sur mon livre  » Le livre noir des violences sexuelles » par Sabine Panet cliquez ICI

http://stopauxviolences.blogspot.fr/2013/04/a-lire-larticle-muriel-salmona-les.html

logo RFIEmission RFI (89 FM) du 28 avril Géopolitique, le débat de Marie France Chatin sur la violence éducative avec Olivier Maurel (OVEO, auteur de la violence éducative, un trou noir dans les sciences humaines), Céline Raphaël (auteure de La démesure) et Muriel Salmona (psychiatre présidente de l’association Mémoire Traumatique et Victimologie, auteure du livre noir des violences sexuelles), pour écouter l’émission cliquez ICI

http://www.rfi.fr/emission/20130428-1-violence-educative

logo RFIEmission Priorité Santé du 22 avril 2013

Par Claire Hédon (19:31 mn)

 « Le livre noir des violences sexuelles »

 À écouter ICI

Stop_the_violenceViol, inceste, mariages forcés, pédophilie, harcèlement sexuel. Encore taboues, les violences sexuelles sont trop souvent passées sous silence. Pourtant, la violence sexuelle représente un important problème de santé publique touchant des millions de personnes chaque année dans le monde, avec des conséquences psychotraumatiques.
Mais quelle est leur ampleur ? Où les victimes peuvent-elles trouver de l’aide ? Que peut-on faire pour éviter la violence sexuelle ? Comment sensibiliser la population ? Quelle est la prise en charge la plus adaptée pour ces victimes ?

  •  Dr Muriel Salmona, psychiatre spécialisée dans la prise en charge des victimes de violences, chercheuse et formatrice en psychotraumatologie et en victimologie, fondatrice et présidente de l’association Mémoire traumatique et victimologie. Elle a publié : Le livre noir des violences sexuelles aux éditions Dunod. Cliquer ici 
  •  Dr Aida Sylla, psychiatre, enseignante à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar et exerçant au Centre hospitalier psychiatrique de Thiaroye en banlieue dakaroise.

Avec plusieurs témoignages et questions de victimes à lire ICI

http://stopauxviolences.blogspot.fr/2013/04/emission-priorite-sante-de-claire-hedon.html

pratis tv 2013INTERVIEW le 26/04/2013 de 19 mn sur Pratis-TV (TV destinée aux médecins) de la Dre Muriel Salmona par Cristelle Joly sur la sortie de son livre : Le livre noir des violences sexuelles (cliquez sur le titre de la vidéo dans l’image):

[embed width= »480″ height= »271″]http://www.dailymotion.com/video/xzexzk[/embed]

article_salmonaChat de 20 Minutes.fr le 10 avril 2013 à 15h pour voir l’intégralité des 10 questions posées par les internautes et réponses de Muriel Salmona ainsi que  la vidéo enregistrée :

Vous avez interviewé le docteur Muriel Salmona au sujet du «Livre noir des violences sexuelles»

CONCLUSION du chat et les deux première questions pour voir la suite allez sur le site 20 Minutes.fr : Vous avez interviewé le docteur Muriel Salmona au sujet du «Livre noir des violences sexuelles»

Je tiens à remercier les internautes pour toutes ces questions qui montrent l’intérêt que vous portez à la réalité de ces violences, de leurs conséquences, et le souci que vous avez montré pour les victimes de violences sexuelles. 

Je souhaite que nous arrivions à lutter contre le déni, la minimisation, la loi du silence, le retournement pervers qui fait de la victime la coupable (coupable de ne pas s’être assez protégée, de pas s’être défendue comme il aurait fallu, coupable de mensonges, coupable d’avoir provoqué le viol, etc.), la méconnaissance, l’absence de reconnaissance et l’abandon où sont laissées actuellement la grande majorité des victimes pour que leurs droits soient enfin reconnus, droits à vivre sans violence, droit à être protégées, accompagnées, soignées, droit à une  justice digne de ce nom et à des réparations car ces violences ont un impact très important sur la vie des victimes, sur leur santé, sur leur vie personnelle et professionnelle. 

Les violences sexuelles, avec le viol qui est un crime, font partie des traumatismes les plus graves au même titre que la torture. Tous ensemble il faut lutter contre ces violences et l’impunité dont elles bénéficient encore actuellement, et reconnaître les conséquences psychotraumatiques des violences sexuelles comme problème majeur de santé publique comme le recommande l’OMS.

Elles ont fait pour la première fois partie du plan triennal de lutte contre les violences envers les femmes de 2010 à 2013, ce qui, avec le travail de la MIPROF sur la formation des professionnels, est signe que les choses sont en train de changer ! 

Laure : Où en sont les violences sexuelles en France par rapport aux autres pays?

Les violences sexuelles sont malheureusement réparties dans le monde entier (et encore plus dans les pays en guerre et dans ceux où les droits des femmes sont les  moins reconnus). En France, contrairement à d’autres pays qui n’ont que les chiffres de la police et de la justice, nous avons des enquêtes de victimation réalisées par l’INSERM et l’ONDRP qui nous donnent une idée un peu plus fiable des chiffres réels: 75.000 femmes adultes violées par an, chiffres auquel il faut rajouter les  mineurs ce qui le multiplie par deux, plus les viols commis sur les hommes. On arrive à près de 190.000 viols par an!

Partout, sauf un peu moins dans certains pays nordiques, les réponses judiciaires sont scandaleusement insuffisantes. En France, il faut le souligner que nous bénéficions de lois plutôt satisfaisantes par rapport à de nombreux autres pays même si elles restent encore à améliorer. Ce qui reste à améliorer également, c’est la tolérance face à une sexualité violente, ce sont les stéréotypes sexistes, le harcèlement sexuel omniprésent que subissent les femmes partout chez elle, dans les lieux publics, au travail.

Il faut rappeler aussi que les violences sexuelles sont commises avant tout par des proches (80% des auteurs de violences sexuelles sont connus de la victime) parfois sous couvert d’amour, de soins, de prétendue drague, et c’est d’autant plus difficile pour les victimes de s’en défendre et de dénoncer ces violences.

Laure : Quelle est la meilleure prévention possible à mettre en œuvre auprès de nos enfants pour que ceux-ci n’aient pas à subir des violences sexuelles?

Les informer en fonction de leur âge sur les violences et leur droit de ne pas en subir. Il ne faut pas hésiter à leur poser la question: «Est-ce que quelqu’un t’a fais du mal ou t’a fait quelque chose que tu ne voulais pas et qui t’as gêné?». Des plaquettes et des brochures d’information sont téléchargeables sur le site de notre association.

Il faut former tous les intervenants… Pour lire la suite du chat sur 20 minutes.fr cIiquez ICI

Et pour voir la vidéo

article dunod img-130325223834Interview de Muriel Salmona sur la prise en charge des victimes de viol dans « Les Ateliers psy » de mars/avril 2013

le 7 février en direct et en duplex sur la radio suisse  RTS 1ère  Émission CQFD « Sciences et santé »

RTLÀ écouter l’émission de Flavie Flament sur RTL du 21 mars 2013 On est fait pour s’entendre sur le tabou du viol avec Clémentine Autain qui vient de publier  Viols, elles se manifestent chez Don Quichotte et Muriel Salmona qui va publier le 10 avril Le livre noir des violences sexuelles chez Dunod, émission à écouter ICI

http://www.rtl.fr/emission/on-est-fait-pour-sentendre/billet/jeudi-21-mars-le-tabou-du-viol-avec-clementine-autain-militante-feministe-et-editorialiste-et-muriel-salmona-psychiatre-7759489522

rts

À écouter ou télécharger sur le lien suivant : Que se passe-t-il dans le cerveau d’une personne violemment agressée?

http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/cqfd/4601195-que-se-passe-t-il-dans-le-cerveau-d-une-personne-violemment-agressee-07-02-2013.html?f=player%2Fpopup

C’est tout récemment que des chercheurs de l’EPFL ont pu voir que les traumatismes de l’enfance laissent une empreinte durable dans le cerveau. Ils ont même pu constater que cette modification de la structure-même du cerveau peut prédisposer à la violence – en tout cas chez les rats. Mais chez les humains aussi on a pu constater des altérations biologiques du cerveau suite à un traumatisme. Des altérations qui ont d’ailleurs pu être visualisées par IRM. La réponse de Muriel Salmona, médecin psychiatre, chercheuse en psycho traumatologie, présidente de l’association Mémoire Traumatique et Victimologie. Un dossier d’Anne Baecher.

Forum bioethique 1le 2 février à Strasbourg

Forum européen de bioéthique (3 ème édition) : Le corps humain en pièces détachées. En partenariat avec France -Culture, rencontre-débat animé par le journaliste Emmanuel Abela sur le thème louer son corps, avec la Dre Muriel Salmona ; Isabelle Collot, coordinatrice départementale du mouvement du nid à Strasbourg ; Gregoire Thery, et Israël Nïsand comme grand témoin (Mme Najat Vallaud Belkacem n’étant pas venue)À voir la vidéo du débat sur la prostitution au Forum européen de bioéthique auquel j’ai participé à Strasbourg le 2 février 2013 :http://www.stopauxviolences.blogspot.fr/2013/02/a-voir-la-video-du-debat-sur-la.html

À voir la vidéo du débat sur la prostitution au Forum européen de bioéthique auquel j’ai participé à Strasbourg le 2 février 2013 :http://www.stopauxviolences.blogspot.fr/2013/02/a-voir-la-video-du-debat-sur-la.html

logo radio libertairePour écouter la dernière émission Pas de Quartier sur radio-libertaire du 8 janvier 2013 sur les soins post traumatiques auprès des femmes violées avec Muriel Salmona et des amies féministes radicales : Anne Billow, Typhaine Duch ICI

http://www.groupe-louise-michel.org/IMG/mp3/13_01_08_soins_posttraumatiques_aupres_des_femmes_violees.mp3

Le livre noir MS 3 derniere versionLe livre noir des violences sexuelles de la Dre Muriel Salmona à paraître le 10 avril 2013 aux éditions Dunod

Dre Muriel Salmona

Edition Dunod, hors collection

240 pages, prix conseillé : 19,90 euros

Les violences sexuelles, très nombreuses en France, restent peu prises en considération par les acteurs médico-sociaux et politiques. Or, les conséquences psychotraumatiques de ces violences sont énormes en termes de santé publique. Cet ouvrage entend dénoncer une véritable loi du silence, qui empêche les victimes d’être réellement secourues et efficacement traitées. Un livre document qui éclaire, explique et interpelle ! « Dès mes premiers contacts avec l’univers hospitalier, je fus révoltée par l’indifférence et l’insensibilité avec lesquelles beaucoup de médecins traitaient les patients victimes de violences … Avec cet ouvrage, à la demande et au nom de tous mes patients qui ont participé activement à son élaboration, je vous propose de partager le fruit de toutes ces expériences et de cette recherche, en espérant contribuer à améliorer la prise en charge des victimes de violences, à mieux comprendre les mécanismes psychotraumatiques et leurs conséquences catastrophiques sur la santé et la qualité de vie des victimes, et à prévenir de nouvelles violences ».

« Pour lutter contre les violences et leur reproduction de proche en proche, de génération en génération, il est temps de garantir l’égalité des droits de tous les citoyens, mais il est temps aussi que les « blessures psychiques » des victimes de violences et leur réalité neuro-biologiques soient enfin reconnues, comprises et réellement traitées.

Il est temps de considérer enfin que ces  « blessures psychiques » sont des conséquences logiques d’actes intentionnels malveillants perpétrés dans le but de générer le maximum de souffrances chez les victimes, et d’organiser délibérément chez ellesun traumatisme qui sera utile à l’agresseur pour s’anesthésier et mettre en place sa domination.

Il est temps que les victimes soient enfin réellement secourues, protégées et soutenues.

Il est temps d’être solidaires des victimes, de s’indigner de ce qu’elles ont subi et de dénoncer les coupables.  »

couverture entiere livre MS

contact presse Dunod : Elisabeth Erhardy Attachée de presse,  01 40 46 35 12, presse@dunod.com

psychiatre spécialisée dans la prise en charge des violences, formatrice et chercheuse en psychotraumatolofie, fondatrice et présidente de l'association Mémoire Traumatique et Victimologie
psychiatre spécialisée dans la prise en charge des violences, formatrice et chercheuse en psychotraumatolofie, fondatrice et présidente de l’association Mémoire Traumatique et Victimologie

Auteure : Dre Muriel Salmona, psychiatre spécialisée dans la prise en charge des victimes, présidente de l’association de formation et de recherche Mémoire Traumatique et Victimologie,  elle est également l’auteure de nombreux articles sur les violences conjugales et sexuelles. En 2008 elle a dirigé une étude sur les conséquences psychodramatique des violences.

site  : memoiretraumatique.org 

blog : stopauxviolences.blogspot.fr

mail :  livrenoirviolencesexuelle@gmail.com

page facebook de l’association

page twitter 

 

Article de La montagne du 2/11/2012 : La psychiatre Muriel Salmona dénonce le manque de prise en charge des femmes violentées

http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/departement/allier/2012/11/22/la-psychiatre-muriel-salmona-denonce-le-manque-de-prise-en-charge-des-femmes-violentees-1342871.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s